Piano à quatre nains
Grâce à toi, je connais toutes les comptines enfantines francophones, et plus : j'ai à mon répertoire plus de chants que n'en pourront jamais mémoriser les moelles épinières tronquées de la Star'Ac. Sans compter les progrès incontestables que j'ai fait en vocalise.

J'apprends à être père, en somme, chaque jour, de babillages en lallations, avec le constant étonnement joyeux de la découverte.

A mesure que tu pousses, j'avance. Je joue à mirer tes deux billes. Canaille.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.









Insertion spéciale: